classe préparatoire aux écoles d'arts / beaux-arts de sète
retour page accueil
workshop-rentree-prepa-1617
prepa-cours
prepa-gravure
prepa-cours-gvravure2
prepa-son-rendu
prepa-serigraphie-workshop
prepa-son
prepa-volume
prepa-workshop-pinarolli
 
 
 
 
 
 

/commissions d’admission
bac/niveau bac/dérogation
2 sessions :
lundi 29 et mardi 30 mai
jeudi 1er et vendredi 2 juin

inscription du 11 mars au 11 mai 2017

fiche d'inscription
- à télécharger
- à renvoyer par courrier simple (pas d'envoi en recommandé)cachet de la poste faisant foi
- accompagnée de la lettre de motivation

convocation par téléphone pour une 1/2 journée sur la session de votre choix

épreuves de la commission d'admission
- QCM
- entretien avec le jury
avec présentation d’un dossier personnel

cotisation annuelle selon quotient familial de 250 à 480 euros
pas de frais d'inscription à la commission

17, rue Louis Ramond
04 99 04 76 10
ecolebeauxarts@ville-sete.fr

 

LA VILLA "LE CLIP"
réalisé par la promo 2015/2016
avec Raphaël Kuntz
clip-raphael-kuntz-beaux-arts-sete

................................................

la classe préparatoire
les étudiants en classes préparatoires aux écoles supérieures d'art bénéficient de droits aux bourses et aux services des Crous.
Le statut étudiant est toujours en cours de négociation.

Face à une demande croissante, les écoles supérieures d’art, d’arts-décoratifs et d’architecture, relèvent année après année le niveau de leurs concours d’entrée. Par conséquent, les titulaires du seul baccalauréat, peuvent rencontrer des difficultés lors de ces épreuves. Une classe préparatoire est non seulement conseillée pour préparer les concours d’entrée aux écoles supérieures, mais permet aussi de mieux appréhender ce type d’études, d’en approcher les enjeux et l’éventail des orientations.

La classe préparatoire accueille, après un jury d’admission, une trentaine d’élèves chaque année. L’école organise deux sessions d’admission par an.

Il s’agit pour ces étudiants à venir, d’éprouver leur motivation pour ce type d’études artistiques et apprendre à se préparer aux concours d’entrée aux écoles supérieures tout en mettant à l’épreuve leurs savoir faire, développer leurs connaissances et leur créativité. En tant que classe préparatoire aux écoles supérieures d’art, l’école de Sète prodigue un enseignement de grande qualité nourri par une actualité artistique contemporaine.
La réalisation pratique de leur dossier personnel nécessaire aux concours d’entrée des écoles supérieures est aussi un des objectifs importants de cette formation.  Il suppose tout au long de l’année, l’affirmation d’un travail personnel intégré au programme pédagogique mis en place par l’équipe enseignante.
Durant 10 mois, à raison de 35 heures par semaine, les étudiants suivent cours et ateliers, et participent à divers événements organisés par l’école, visites d’expositions, workshops avec des artistes invités, médiations auprès d’ateliers enfants, relations avec la scène nationale et les divers événements culturels qui jalonnent l’année à Sète.
Une équipe d’enseignants, eux-mêmes artistes, professionnels ouverts aux recherches et développements en matière de pédagogie et de transmission contemporaines assurent l’intégralité des cours. L’histoire de l’art et la culture générale contemporaine, la peinture et la couleur, le dessin, la photographie numérique, la vidéo, la sculpture et le volume, l’anglais, la médiation artistique, la micro-édition y sont enseignés, pour s’orienter vers des études supérieures en art, design, architecture ou arts décoratifs.
Des ateliers d’écriture, Pratiques Expérimentales d’Ecriture et de Lecture (Peel) sont régulièrement proposés, ainsi que des initiations à l’infographie et la PAO. Une sensibilisation à la performance et à la danse contemporaine est abordée lors de workshop spécifique en début d’année.
L’école est équipée de matériels spécifiques à chacune des techniques, notamment pour la photographie, la vidéo et l’infographie. Une importante bibliothèque dotée de près de 6000 ouvrages spécialisés en art et ses périphéries est à la disposition des étudiants et des publics inscrits.
L’école noue des relations privilégiées avec de nombreuses structures locales et régionales (Centres sociaux, Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, Centre Régional d’Art Contemporain, Musée International des Arts Modestes, Musée Paul-Valéry, médiathèques, cinémas, festivals, entreprises privées, associations…), et nationales (écoles et institutions artistiques).

La classe préparatoire de l’école des beaux-arts de Sète est intégrée au réseau national des classes préparatoires publiques aux écoles supérieures d’art (APPEA), qui selon une charte d’exigences techniques et pédagogiques regroupe 17 écoles publiques.
plaquette APPEA à télécharger
 
 

retour

................................................

Les écoles supérieures d’art
Etant donné les incertitudes en matière d'emploi dans la plupart des domaines, même les domaines soi-disant les plus porteurs en terme de métier et de carrière, de plus en plus de jeunes gens souhaitent s’orienter vers des études artistiques.
Des débouchés il y en a. Les industries de la culture n’ont cessé de progresser, et la concurrence fait rage à l’échelle mondialisée pour chaque pays qui souhaite diffuser sa spécificité culturelle, son exception culturelle.

Les écoles d’art offrent un enseignement atypique du fait même de leur objectif : tenter de former des artistes. Contrairement aux universités qui s’axent essentiellement sur une formation théorique, les écoles d’art proposent une relation directe à la matière, à la création, aux expérimentations, en atelier. D’autre part, les écoles d’art encadrent de façon très serrée leurs étudiants, dans une proportion inégalée dans les autres enseignements supérieurs soit en moyenne un enseignant pour 6 à 8 élèves contre 1 pour 30 ailleurs.
Après une année en classe préparatoire, les étudiants suivront un cursus aujourd’hui de type LMD (depuis le processus de Bologne de 1999 tendant à uniformiser les enseignements supérieurs européens) La Licence correspond au DNAP (Diplôme National d’Arts Plastiques, Bac + 3) ou DNAT (Diplôme National d’Arts et Techniques), le Master I équivaut au DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Bac + 5). Les écoles supérieures d’art intègrent de plus en plus un cycle doctorant.
Selon les statistiques récentes plus de 87% des étudiants diplômés d’un Master, trouvent rapidement des emplois cadre dans les secteurs de la communication, ou de l’industrie culturelle, design, décoration, architecture d’intérieur, audio-visuel, etc… mais aussi dans diverses institutions et autres paysages professionnels. 13% de ces diplômés deviendront exclusivement des artistes.
L’enseignement si spécifique des écoles d’art, apporte à l’étudiant une ouverture d’esprit, un sens critique, une créativité, une culture élargie, une confiance en ses choix et pour finir une personnalité, qui dans d’innombrables secteurs tertiaires sont très prisés.   

L’école d’art ne saurait fabriquer des artistes, elle doit tout au plus offrir les conditions optimales à l’éclosion du talent.

   
Philippe Saulle

retour

................................................

les cours/les enseignants/les options

/Plateau

Conçu comme un temps de travail favorisant la transversalité des approches et des savoirs en raison de la présence de plusieurs professeurs. C’est donc l’occasion pour chaque élève de reprendre des travaux ou d’en initier d’autres en les confrontant à la diversité des regards présents le mercredi de 14h à 18h. Ces séances sont alternées avec d’autres temps non seulement d’échanges, mais surtout d’apprentissages : des visites d’expositions afin de s’initier à la lecture des œuvres d’art, exercer son regard critique, augmenter ses connaissances et références, comprendre les enjeux de l’art actuel ; des rencontres/conférences avec des artistes, designers et professionnels de l’art contemporain qui permettent là encore de préciser les questions liées aux processus artistiques, aux méthodes de travail, aux concepts des œuvres, etc. Le plateau est un temps exigeant car il nécessite de la part de chacun un réel engagement faisant preuve d’autonomie et d’initiative. La participation doit être active et soutenue.

retour

/Histoire de l’art - culture générale
Sylvie Lagnier

Les cours d’histoire de l’art et de culture générale en classe préparatoire constituent une initiation à plusieurs titres. Une approche historique et contextuelle des grands courants artistiques du XVe au XXIe siècle pose un cadre chronologique tout en mettant l’accent sur la perméabilité des enjeux plastiques, notamment par le biais de thématiques. L’art est un langage qu’analyse formelle et interprétation permettent de déchiffrer. Aussi, gagner en aisance et méthode à l’expression orale comme écrite – usage d’un vocabulaire précis, présentation synthétique de son travail, organisation de sa pensée et de ses arguments – est un aspect fondamental tant pour les concours que pour la poursuite d’études supérieures.

Axés sur la méthodologie de l’analyse, les cours s’appuient sur des œuvres emblématiques afin non seulement d’acquérir les bases préalables à la connaissance et à la compréhension de l’art contemporain, mais aussi pour permettre à l’élève de dépasser certains présupposés et clichés afin de s’engager dans une réflexion plus critique. À ce titre, voir les œuvres dans leur contexte d’exposition, faire l’expérience de leur rapport à l’espace, rencontrer des artistes et des acteurs de l’art contemporain sont des aspects indispensables et complémentaires tout au long de cette année préparatoire. L’autre enjeu sur lequel ces enseignements insistent, est la question du rapport de l’individu au monde. D’une part en abordant divers champs comme l’architecture, le design, le cinéma, la littérature, la danse, le son, les sciences dont l’histoire des relations avec les arts plastiques est particulièrement riche, d’autre part en suscitant un intérêt sur l’actualité, l’art n’étant pas coupé des réalités du monde contemporain.

retour

/Cultures générales connexes
Philippe Saulle

Selon l'actualitéindisponibilité des enseignants et des besoins des étudiants : complément en histoire de l’art contemporain, culture générale et paysage des institutions.

retour

/Faire penser, penser faire
Joël Renard et Sylvie Lagnier

Atelier de pratiques et de réflexions. La curiosité, l’engagement et la participation sont les meilleurs alliées pour réussir pleinement cette année.
Faire penser, penser faire est un espace de recherche (bibliothèque, sites internet d’artistes ou d’institutions) et de fabrication/propositions plastique - peinture, volume, installation - autour d’un thème liant pratique et théorie, en relation régulière avec 2 enseignants ; un praticien et une théoricienne.
Est demandé et rendu à l’issue de chaque thématique abordée :
- un carnet de recherches artistiques associant : texte-image-note-croquis-utilisés pour communiquer dès le début
- des réponses plastiques
- une note de synthèse

retour

/Peinture couleur
Joël Renard

L’Atelier Peinture est l’endroit où l’on pense Peinture où l’on fait Peinture où l’on parle Peinture.
De la préparation d’une toile (châssis, entoilage, apprêt) ou d’une planche de bois, de la gouache à l’acrylique en passant par les techniques à inventer, de la peinture « alla prima » ou de temps plus long, il s’agit d’expérimenter des techniques et médiums picturaux.
Travailler à partir de ses «envies»  personnelles…
pour les amener progressivement vers une peinture plus approfondie, pensée, plus technique, référenciée, picturale… c’est aussi un temps pour favoriser des  rencontres, des débats et échanges de découvertes.
A chaque séance un(e) étudiant(e) présente oralement son travail pictural.
C’est aussi revisiter la notion de peinture de genre : le Paysage en Peinture, le Nu en Peinture et la Nature Morte en Peinture.
Diderot : « On appelle du nom de peintres de genre indistinctement et ceux qui ne s'occupent que des fleurs, des fruits, des animaux, des bois, des forêts, des montagnes, et ceux qui empruntent leurs scènes à la vie commune et domestique » (Essais sur la peinture). 1766.

retour

/Photographie et vidéo numériques
Enna Chaton

Débroussailler les idées toutes faites sur l’image fixe et en mouvement – photographie et vidéo ; rudiments techniques des outils – appareil photo et vidéo numériques, ordinateurs Mac, pied photo, gestion et soin apporté au matériel, à la salle image, au studio de prise de vue, prêt et rendu du matériel de l’École…
Fabriquer des images, ensemble et individuellement à partir de sujets imposés comme le lieu, le portrait de l’autre, le corps nu. Apprendre à manipuler les outils, se rendre autonome vis à vis de la technique (temps de pose, diaphragme, balance des blancs, iso…). Ouvrir les expériences plastiques à la performance, au son, à l’écriture… croiser les formes et les mediums en fonction des projets de chacun.
Porter un regard critique lors de rendu de sujet, commencer une analyse et une réflexion sur ces images. Aborder ensemble les notions telles que le cadre, le plan, la temporalité, le montage, le hors champs…
Apprendre à accepter la critique, une critique positive pour aller plus loin, plus avant dans la recherche et l’expérimentation du travail de chaque élève. Chercher à se situer dans la création d’aujourd’hui, s’appuyer sur les ouvrages de la bibliothèque, les visites d’expositions, la rencontre d’œuvres.
Petit à petit chacun va développer ses propres sujets de recherches, se servir des outils mis à sa disposition à l’école afin de constituer un dossier artistique à présenter lors des concours des écoles supérieures.
Cet enseignement pratique s’accompagne d’une réflexion théorique sur l’image contemporaine manipulée par les artistes actuels via le visionnage de films, de vidéo d’artistes, de livres, de visites d’expositions, de discussions… Analyser ensemble et conjointement à l’enseignement de l’histoire de l’art, l’évolution de la pratique de la photographie, de la vidéo, de la forme performative.
L’investissement personnel, le respect de l’autre, l’ouverture d’esprit, l’expérimentation sont les clefs de voûte de cet atelier.

retour


/Dessin
Armelle Caron

Travail avec différents types de mines, d’encres, de formats, de grains, de couleurs. Globalement l’idée est de voir ce que l’on peut faire avec tout simplement un crayon et du papier, ce que l’on peut faire avec un trait.
Passer par différentes étapes de déconstruction des automatismes afin d’aller vers la ligne propre à chacun et faire en sorte que le dessin devienne une pratique légère et quotidienne, une habitude comme celle de prendre des notes, mais au lieu de passer par les mots passer par le trait.
Le dessin sert autant à nourrir les carnets qu’à fouiller les idées, ou à exposer un regard sur le monde. Nous nous appuierons sur différents artistes praticiens de la ligne mais aussi des artistes qui utilisent le dessin comme support de recherches et de réflexion.

Initiation à la micro-édition
Atelier tout dédié à l’expérimentation technique avec différents protocoles d’impression. De la photocopie à la linogravure en passant par les tampons ou la gravure, nous étudierons les moyens de produire et re-produire une image imprimée. Nous nous poserons des questions graphiques et techniques et ces procédés viendront étayer vos différents sujets de recherche.

retour

/Atelier d’écriture
PEEL saison 13
Pratiques Expérimentales d’Ecriture et Lecture

Gilles Bingisser
proposition 1 : trois fois rien. (de septembre à décembre)
Travail autour de « éloge de l’ombre » de Tanizaki, « le parfum du temps » de Byung-Chul Han, « non lieux » de Marc Augé et de « wabi-sabi » de leonard Koren.
un texte, un dessin (ou un volume/objet), une image, c’est trois fois rien, là où l’on se trouve, à l’école et en déplacement, ce qui est là et qui vient vers nous, ce qui se pense et vers quoi l’on décide d’aller, wabi-sabi
(Wabi : solitude, simplicité, mélancolie, nature, tristesse, dissymétrie...
Sabi : l'altération par le temps, la décrépitude des choses vieillissantes, la patine des objets. Le goût pour les choses vieillies, pour la salissure, etc), précarité des productions comme un acte politique, questions sur le spectacle, questions sur la surenchère des effets, low-tech, matières humbles et gestes simples, l’inaperçu (taille, échelle, couleur, agencement), le figuratif et l’abstrait, les éléments sont  associés dans des triptyques, comment ils se frottent, comment ils dialoguent, comment ils se rejètent, on peut lutter contre ce qui est attendu, on peut lutter contre le bon goût et les rapprochements évidents, on peut aller vers quelque chose de beau, on peut aussi freiner des quatre fers, mais on ne peut pas ne pas y réfléchir, on ne peut pas ne pas réfléchir à ce qui est venu vers nous, à ce vers quoi l’on a décidé d’aller, quelques choses de narratif, mais quoi ?, archéologie de l’absence, soustraire quelque chose au monde.
on verra, on lira
gérald panighi et silvia bächli, marcel broodthaers, gyan panchal, richard tuttle, stephen shore , rosemarie waldrop, claude royet journoud, Louis zukofsky.
rendu : éditions

proposition 2 : faire un film (à partir de janvier )
le récit de l’image, l’image du récit, la narration, façons de raconter
le récit, c’est l’ordre et les étapes suivies par le narrateur, une seule étape, un seul plan, une image fixe, écriture d’éléments narratifs, mettre en scène la dimension fragmentaire et décomposée d’une action, descriptif, ce qui se passe (constat), dialogue, digression, champs/hors-champs, voix, flash-back/souvenir/réminiscence, agencements des éléments.
sujets : la rupture amoureuse, le voyage, le temps qui passe, la ville, l’idée de nature.
on verra des extraits de :
puce moment de kenneth anger
stranger than paradise de jim jarmusch
happiness et storytelling de tod solondz
despues de la revolution de vincent dieutre
sexe, mensonges et vidéo de steven sodenbergh
les nuits de la pleine lune d’éric rohmer
à nos amours de maurice pialat
Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles de chantal akerman
céline et julie vont en bateau de jacques rivette
du côté d’orouët de jacques rozier
le filmeur d’alain cavalier
smoking/ no smoking d’alain resnais
rendu : vidéos

retour

/Volume dessin
Suzy Lelièvre

Cet atelier propose aux élèves de développer une pratique de la sculpture et plus largement d’appréhender notre espace en prenant en compte ses trois dimensions. Portés par des références d’artistes, designers et architectes, nous apprendrons à concevoir, construire et déconstruire des volumes en nous appropriant différentes logiques de gestuelles (soustraction, addition ou déformation de la matière) et à des échelles variables (maquette, installation, architecture). Durant l’année, nous nous exercerons à travailler par aller-retour du plan au volume, du projet à l’œuvre, de la conception à la réalisation, en nous appuyant sur différents modes de représentation (plan, élévation, maquette, notice, etc.) Pour développer une démarche artistique, plusieurs axes de recherche sont envisagés : rapports entre équilibre et bascule / constructions selon un principe d’économie de matière / travail sur le volume de l’ombre / transcription d’actions paramétrées / assemblage d’objets par analogies, etc. La pratique du volume étant intimement liée à l’idée de l’expérimentation et du bricolage, nous manipulerons et combinerons des matériaux et objets variés, selon les matières premières disponibles, en tenant compte de leurs qualités plastiques et propriétés techniques. En façonnant et en assemblant les matières, nous serons amenés à analyser et à découvrir les principaux outils de fabrication, ou même à en fabriquer au cas par cas. Qu’ils soient effectués collectivement ou individuellement, réalisés sur un ou plusieurs ateliers, les travaux devront être documentés (recherches de références, croquis préparatoires, photographie, vidéo) et démontrer d’un regard critique, dans l’optique de développer la singularité de chaque étudiant.

retour

/Anglais
Vanessa Notley

En lien étroit avec les ateliers pratiques que proposent les professeurs de la classe préparatoire, les cours d’anglais permettent aux élèves de :
- développer et mettre en œuvre un vocabulaire artistique et culturel afin de décrire et analyser des créations artistiques
- lire, comprendre et traduire des textes liés au monde de l’art
- s’entraîner à une expression orale et écrite pour exprimer ses idées et intentions par rapport à son propre travail et ses interrogations personnelles.

Les cours sont basés sur des activités hebdomadaires qui incitent chaque élève à comprendre, manipuler et utiliser l’anglais comme un autre outil d’expression orale, écrite et plastique.

retour

/RDV PAO
Karine Barrandon

Initiation à la mise en page sur Indesign pour la préparation de dossiers
- interface : outils/barre de menus/fonctions
- document et mise en page : format/nombre de pages/marges/repères/gabarit/importation d’images et de texte/positionnement et transformation des blocs/choix typographique
- montage/fichiers/assemblage/enregistrement

Initiation au logiciel photoshop corrections d’images : contraste, balance des couleurs, taille de l’image, recadrage, retouches...

retour

/Option pédagogie, apprendre à apprendre
selon la disponibilité des enseignantes des pratiques amateurs enfants
participation aux ateliers enfants / ados à l’école des Beaux-Arts et au MIAM.

retour

................................................

tarifs annuels selon quotient familial
de 250 à 480 euros

 

retour

 

la classe
préparatoire

une année de formation
aux concours d'entrée des
écoles supérieures d'art

/école
/enfants
/petite épicerie du MIAM
/adultes
/bibliothèque
/l.OR lieu des objets à ravir
/liens
/actualité
/stages enfants
/stages adultes




la classe préparatoire

les écoles supérieures d'art

cours/enseignants/options


tarifs

A TELECHARGER
fiche d'inscription
plaquette APPEA
emploi du temps



 

logba logville